Terre d'Echanges

Territoire essentiellement agricole, avec 50 % de ses terres exploitées en 2017, le Togo a véritablement une belle carte à jouer dans ce domaine. D’autant qu’il renferme une grande variété de cultures : mil, sorgho, maïs, manioc, igname, cacao, café, karité, etc. Et que la population du pays continue à croître d’année en année : elle devrait ainsi atteindre la barre des 15 millions d’habitants en 2050.

Pourtant, la main d’œuvre manque aujourd’hui de plus en plus au Togo. Et pour cause, les jeunes des villages préfèrent très souvent aller en ville, à la recherche d’un travail moins pénible et mieux rémunéré.

Face à ce constat, TERRE D’ECHANGES souhaite mener plusieurs projets de développement, dans la région des Plateaux (Agotimé-Vakpo et Ekpokopé). Mais aussi dans la région centrale, à Sokodé, dont la situation permettra une diffusion équitable entre le sud et le nord du Togo.

 

Présentation de notre projet à Agotimé-Vakpo (Togo)

Organisation de formations agro-pastorales des villageois d’Agotimé-Vakpo et Ekpokopé et création d’une ferme expérimentale

Ce projet a pour objectifs de :

  • Contribuer à l’éradication de la pauvreté des agriculteurs(trices) togolais(es) ;
  • Contribuer à la préservation des écosystèmes des villages d’Agotimé-Vakpo et Ekpokope.

Ce projet a également pour objectifs de :

  • Améliorer la productivité agricole des villageois ;
  • Améliorer l’autonomie financière des femmes des villages ;
  • Éduquer les populations des villages à la préservation de l’environnement.

 

Ce projet a pour objectif d’améliorer la productivité agricole des villageois.

Description du projet

Ce projet est la continuité du projet d’accès à l’eau potable dans le village d’Agotimé-Vakpo réalisé par Terre d’Echanges de 2015 à 2017. Ce forage a contribué à faciliter l’accès à l’eau potable des villageois et à l’irrigation des plantations des agriculteurs d’Agotimé-Vakpo.

Lors de la mission d’évaluation de ce projet, réalisée de janvier à mars 2018, au Togo, les villageois d’Agotimé-Vakpo et d’Ekpokopé (village voisin) nous ont fait part de leur désir d’améliorer leurs productions agro-pastorales.

A l’issue de cette mission, il a été convenu ensemble, de participer au développement de l’activité des agriculteurs(trices) et des éleveurs(veuses) des deux coopératives, par le renforcement de leurs capacités. Et la création d’une ferme expérimentale leur permettant d’appliquer ce qu’ils auront appris.

Il a également été décidé de former le groupement des femmes transformatrices de maïs et de manioc des deux villages.

Ce projet consiste à former 160 agriculteurs(trices) et éleveurs(veuses), sur trois ans, dans deux centres de formation agro-pastorale, dans la région des Plateaux.

Ces différentes formations, agricoles ou pastorales sont à la fois théoriques et pratiques. Elles permettront de suivre les agriculteurs et les éleveurs jusqu’à ce qu’ils soient autonomes et intériorisent les nouvelles normes agro-pastorales.

 

Prise en compte du genre

Dans ce projet, Terre d’Echanges accorde une place importante aux femmes, qui sont encouragées à intégrer les coopératives et groupements des deux villages.

Leurs différentes compétences seront valorisées. En cela, Terre d’Echanges veut améliorer l’autonomie et l’image de la femme en milieu rural.

Pour permettre aux femmes de travailler sans contraintes, Terre d’Echanges souhaite créer une garderie qui sera gérée par deux jeunes filles.

Les femmes seront formées dans ce projet au même titre que les hommes.

 

Ce projet accorde une place importante à la formation des femmes.

 

Développement durable

Au regard de l’avancée de la déforestation au Togo, il a été décidé de mettre en place une barrière verte. Cette barrière verte sera composée de diverses espèces végétales en voie d’extinction afin de préserver l’environnement.

Le projet de barrière verte sera mené avec les villageois, l’école primaire du village et les salariés de l’entreprise  Agentis en congé de solidarité, à travers l’opération de reboisement intitulée : « A chaque écolier, un arbre ».

Ce reboisement occupe une place de choix dans le projet de l’association. Car au-delà de la plantation des arbres, il nous permettra d’éduquer les enfants aux pratiques écologiques et à sensibiliser les villageois sur la nécessité de protéger l’environnement et la forêt.

Économiquement, le projet va contribuer à l’éradication de la pauvreté. Au niveau social, ce projet va permettre, d’une part, un rapprochement des populations des deux villages. Mais il va également contribuer à améliorer l’attractivité des villages et à réduire l’exode rural des jeunes.

Les produits transformés seront vendus sur les marchés locaux et les recettes seront reversées et partagées de façon équitable entre les paysans.

Pour l’élevage, nous priorisons des bêtes de races locales et nourris par des produits biologiques des champs des agriculteurs. S’agissant de l’agriculture, les semences seront des semences biologiques. Les paysans seront sensibilisés au renouvellement des cultures et à la protection du sol.

 

 Vous souhaitez soutenir ou vous impliquer dans ce projet ? Contactez-nous !